Le SEO en 2017 : ce qui compte vraiment

Le SEO en 2017 : ce qui compte vraiment

Comme chaque année depuis que Google existe, la question se pose de savoir quels sont les critères de référencement qui compte -vraiment- pour nos sites e-commerce. Les réponses sont variées et s'appuient sur trois critères principaux :

- les déclarations des équipes de Google qui souhaitent influencer nos comportements de référenceurs,
- les analyses statistiques des principaux prestataires de référencement,
- les expériences des différents experts.

En compilant ces différentes ressources, chacun peut se faire une "intime conviction" qui guidera ses actions.

 

Focaliser sur ses propres objectifs en tenant compte des particularités de son secteur

S'il est un domaine dans lequel il faut se protéger des "sirènes", c'est bien celui du référencement ! De nombreuses offres de "positionnement en première page" et de promesses de "secrets" de pseudo-spécialistes rendent le métier de référenceur peu lisible.

La première règle est de garder une grande part d'humilité dans sa démarche. Mais rester humble n'empêche pas de collecter les meilleures pratiques pour les appliquer à son site e-commerce. Au delà des conseils génériques, vous aurez besoin de chercher des exemples et des études ciblées sur votre secteur. Vous analyserez ce benchmark en tenant compte aussi de la taille votre boutique.

La seconde règle est de bien évaluer l'intensité concurrentielle de votre marché, parce que le référencement est avant tout concurrentiel. Chercher à positionner vos pages face aux poids lourds du secteur est souvent peine perdue. Les expériences les plus concluantes ont lieu sur des niches de marché.

C'est pourquoi la troisième règle nécessite de raisonner "Longue Traine". L'idée est de chercher à occuper le terrain sur des requêtes de plus en plus précises et donc de moins en moins concurrentielles. Pourquoi chercheriez-vous à vous positionner sur le terme "chaussures" si vous vendez des "chaussures... de sécurité... professionnelles... en cuir...", autant de mots clés correspondant à des recherches précises de la part des internautes ?

N'oubliez pas, lorsque vous travaillez vos mots clés, que les recherches des internautes sont de plus en plus complexes :

- 1 mot clé : 2,4% des recherches
- 2 mots clés : 22,9% des recherches
- 3 mots clés : 34,1% des recherches
- 4 mots clés : 22% des recherches
- 5 mots clés : 10,8% des recherches
- 6 mots clés : 4,6% des recherches

Ce qui fait 79% des recherches comportent entre 2 et 4 mots clés (source Yooda / Google France).

 

Appliquer les meilleures pratiques d'optimisation "On site"

Le maître mot du référencement, on le dit en permanence, c'est le contenu. Google a un objectif principal (en dehors de ses propres ambitions de rentabilité) : apporter la réponse la plus précise possible à la question de l'internaute. L'algorithme du moteur de recherche cherche donc en permanence à "deviner" ce que souhaite le visiteur et ce que le site propose comme informations.

Les principales indications de pertinence vont se trouver dans le contenu de notre site internet :

- la thématique générale du site, ciblée ou non
- la description des fiches des produits
- la logique de navigation entre les produits mais aussi les rubriques.

Si le référencement est un levier fondamental dans notre modèle économique, il ne doit pas devenir une contrainte. Le secret d'un contenu optimisé tient au fait d'équilibrer ses pages entre les exigences des moteurs de recherche et le respect de l'intérêt du visiteur.

On rencontre parfois des sites / pages dont la rédaction est "sur optimisée" rendant la lecture difficile, soit par l'utilisation excessive de mots clés, soit parce que les informations sont de tellement faibles qualités qu'elles n'ont aucun intérêt réel.

Si je dois donc enrichir mon site, je dois d'abord penser à mon visiteur - sur le fond - et ensuite au référencement, plus sur la forme. Par exemple, rien de ne sert de "sur-décrire" un produit, mieux vaut proposer des conseils d'utilisation ou décrire des process de fabrication si cela s'y prête.

 

Le "On site", ce sont aussi quelques interventions techniques

Un contenu bien construit mérite aussi une structure de page adaptée aux exigences des moteurs de recherche. Quelques points clés.

 

1 - Savoir hiérarchiser le rédactionnel des pages

Il est indispensable de donner à vos contenus une structure en paragraphes avec titres et sous-titres. Le premier bénéficiaire est bien sûr votre lecteur qui repérera plus facilement les points forts de votre message. D'un point de vue plus technique, des balises "HTML" indiquant les "h1", "h2", "hx..." appliquées aux titres/sous-titres permettra à Google de prioriser les informations et mots clés les plus importants.

 

2 - Les "Title" des pages

Le "Title" de la page est un élément caché du site. Il n'apparait pas dans le contenu visible mais Google en tient compte dans son algorithme. Ce titre est toutefois visible en deux endroits stratégiques pour le visiteur :

- lorsqu'on passe la souris devant l'onglet affichant la page, le "Title" s'affiche, permettant à l'internaute ayant ouvert plusieurs onglets de mieux se repérer et retourner sur votre site,
- dans les pages de résultats de Google (Serp), le "Title" est la ligne bleue cliquable, donc l'élément décisionnel fondamental pour le visiteur.

 

3 - Les réécritures d'url

L'url, composée de l'adresse du site (domaine et éventuellement sous-domaine) et du texte suivant le .xxx, a besoin de contenir quelques mots clés pour aider le moteur de recherche à identifier la thématique de la page. Cette url peut être remplie automatiquement par la plateforme du site (Prestashop par exemple) mais doit aussi être personnalisable selon vos choix.

Attention toutefois : si vous changez l'url d'une page, cette dernière n'est plus accessible avec l'ancienne adresse. Si elle était référencée dans le moteur ou qu'un lien pointait vers cette ancienne adresse, le lien est brisé.

A noter aussi que l'url apparait aussi clairement dans la page de résultat de Google et fait aussi partie des éléments décisionnels de l'internaute (comme l'est aussi le "Title").

 

4 - La description des pages

Une "balise méta", elle aussi cachée sur le site, s'appelle la "description". Elle est souvent remplie automatiquement à partir des informations trouvées sur les pages de produits. Même si elle est peu importante dans le calcul du "ranking" du site, elle reste un des éléments affichés dans la page de résultat du moteur de recherche.

 

Travailler sa notoriété et les liens entrant

La plupart des études montrent que le principal critère retenu par Google dans le positionnement d'un site sur une thématique est la pertinence des liens entrants. Les liens pointant sur le domaine principal du site est ainsi un indicateur "d'autorité" du domaine. Les liens vers les pages internes, quant à eux, renforcent la connaissance que va avoir Google de votre "offre" en terme mots clés.

Ces liens entrant ont besoin d'être nombreux mais aussi qualitatifs. Les pages de "départ" doivent présenter un contenu cohérent avec votre page de destination. La cohérence tiendra aussi bien dans la thématique du site, le contenu de la page ainsi que les termes utilisés sur "l'ancre" des liens. Tout ceci se fera à partir de l'éco-système des mots clés présents aussi bien dans le texte que les médias (visuels et vidéos).

Si vous cherchez à construire ces maillages de liens, recherchez en particulier les sites sur votre marché ayant déjà de la notoriété et proposez des contenus de qualité incitant les auteurs de ces sites à parler de vous.

Même s'il est tentant de positionner son site web sur une url (nom de domaine) contenant exclusivement des mots clés (Exact Match Domain - EMD), la pratique montre que cette stratégie est faible à long terme :

- Google pénalise de plus en plus ces sites
- il est très difficile de faire vivre une marque non différenciée

 

Compter aussi sur le trafic payant qui est parfois plus qualifié

En consultant les statistiques de fréquentation de votre site, certains éléments vous ont frappé : les sources et types de visite ne se valent pas. Vous découvrez ainsi que certaines sources renvoient des taux de rebonds importants et d'autres au contraire sont clairement beaucoup plus rentables.

Que vient faire la publicité dans tout ça ? La pub en ligne est le moyen le plus efficace de maîtriser le parcours que va suivre l'internaute jusqu'à votre offre. Des marques comme Fnac ou "Maisons du Monde", par exemple, vont faire des campagnes Adwords sur leurs propres marques pour diriger vers des zones précises de leur site : les soldes par exemple ou des rayons spécifiques. Cette démarche permet aussi de rediriger le trafic Google vers les implantations de ses magasins si on souhaite générer des visites dans ses commerces locaux.

 

Sources :

Guides
- https://moz.com/beginners-guide-to-seo

Blogs d'experts
- www.webrankinfo.com
- www.abondance.com